Attitude honteuse de l’état ! On détruit et on part !

Après l’assaut de Saint-Denis, certaines familles attendent encore un logement: « C’est inadmissible »

TEMOIGNAGES – Après avoir été hébergés en urgence dans un gymnase, elles vivent désormais dans des chambres d’hôtel ou des résidences sociales, sans avoir pu récupérer leurs affaires. Mais, deux mois jour pour jour après l’attaque menée par le Raid contre les terroristes, elles n’en peuvent plus. C’est le cas de ce père et de sa petite fille rencontrés par RMC.

L’attente devient insupportable pour les habitants du 48 rue de la République. Deux mois après l’assaut mené par le Raid contre les terroristes dans un immeuble de Saint-Denis, les familles sont toujours en attente d’une solution pour être relogées. C’est pourquoi, ce mardi, ils manifesteront avec le DAL (Droit au logement) devant leur ancien immeuble. Plus précisément, sur les 70 personnes privées de toit, un quart seulement a retrouvé un logement. Sur les 29 familles, 14 sont en cours de relogement définitif et 15 familles sont encore sans aucune proposition.

Après avoir été hébergées en urgence dans un gymnase, elles vivent aujourd’hui dans des chambres d’hôtel ou des résidences sociales, sans avoir pu récupérer leurs affaires. Parmi ces familles, Maria, 4 ans, et son père Abdel rencontrés par RMC. Aujourd’hui, deux mois jour pour jour après l’assaut du Raid, la situation est devenue bien trop compliquée à vivre. « On a seulement un frigo, une plaque de cuisson, un peu de vaisselle, des lits en ferraille… Cela fait un peu hôpital, voire prison. Ce n’est pas très chaleureux », déplore Abdel.

« Que l’Etat tienne ses promesses »

« Quand on a 39 familles dans une situation d’extrême urgence liée à des faits de terrorisme, c’est évident que l’on ne peut pas demander à la ville de se débrouiller toute seule, estime Philippe Caro, adjoint au logement à la mairie de Saint-Denis. Il faut que la préfecture de Seine-Saint-Denis tienne les engagements pris par la ministre du Logement. Il faut donc que l’Etat mobilise les réservations qu’il a chez les bailleurs pour permettre le relogement de ces familles ».

Laisser un commentaire