Déclaration de F.Hollande devant le congrès.

Voici les principales premières déclarations du président François Hollande devant le Parlement réuni en congrès à Versailles lundi, trois jours après les attentats qui ont ensanglanté Paris.
Notre République n’est pas à la portée de méprisables tueurs », a déclaré M. Hollande, pour qui « notre démocratie a triomphé d’adversaires bien plus redoutables, en vérité, que ces lâches assassins ».

Pour le président, la France n’est pas engagée dans une « guerre de civilisation ». Il faudra « du temps » et de la « patience », mais « l’ennemi n’est pas hors d’atteinte », a-t-il dit.
Le Parlement sera saisi « dès mercredi » d’un projet de loi « prolongeant l’état d’urgence pour trois mois », en « adaptant son contenu à l’évolution des technologies et des menaces ».

« Les actes de guerre de vendredi ont été décidés, planifiés en Syrie, ils ont été organisés en Belgique, perpétrés sur notre sol avec des complicités françaises », a estimé le président, pour qui « ils poursuivent un objectif bien précis : semer la peur pour nous diviser ici et faire pression pour nous empêcher là-bas, au Moyen-Orient, de lutter contre le terrorisme ».

Le président syrien Bachar el-Assad « ne peut constituer l’issue mais notre ennemi en Syrie, c’est Daesh ». M. Hollande veut « éviter » que l’organisation État islamique (EI) « n’utilise les combattants étrangers pour exécuter dans leurs pays les plans ourdis depuis la Syrie et l’Irak ». La France va « intensifier ses opérations en Syrie » et poursuivre « ses frappes au cours des semaines à venir »

M. Hollande a demandé une réunion du conseil de sécurité de l’ONU « dans les meilleurs délais pour adopter une résolution marquant cette volonté commune de lutter contre le terrorisme », assurant que « la nécessité de détruire Daesh constitue un sujet qui concerne toute la communauté internationale ».

« Je rencontrerai dans les prochains jours le président Obama et le président Poutine pour unir nos forces et atteindre un résultat qui pour l’instant est encore renvoyé à trop longtemps », a-t-il déclaré. « La France parle à tous, à l’Iran, à la Turquie, aux pays du Golfe », a souligné le chef de l’État.

M. Hollande a demandé la « mise en place de contrôles coordonnés et systématiques aux frontières » de l’Union européenne, ainsi que « l’approbation avant la fin de l’année 2015 » du fichier européen des passagers aériens (PNR) pour « assurer la traçabilité du retour des djihadistes et les interpeller ».

« Il est vital que l’Europe accueille dans la dignité ceux qui relèvent du droit d’asile mais renvoie dans leurs pays ceux qui n’en relèvent pas », a déclaré le chef de l’État. Pour lui, les habitants de Syrie ou d’Irak, « notamment ceux des territoires contrôlés par Daesh, sont martyrisés et fuient ».

Cet article a 2 commentaires

  1. Ce commentaire n’est que mon avis de spectateur :
    Je pese que ces quelques mesurettes ne feront jamais le poids contre ces terroristes. C’est bien de mettre un ton ferme dans le discours, mais il est vide.
    Aucune mesure forte n’est prise. On ne peut pas y croire.
    Est-ce qu’il est conscient de ce qui vient de se passer? Il faut taper du poing sur la table ! Il faut être autoritaire !
    Ce n’est pas ce que l’on a pu voir dans cette allocution!
    Il n’y avait aucune émotion dans ce discours!

    Comment peut-on être à ce point détaché du présent?
    Ce sont nos enfants qui sont morts! Et d’autres tomberont encore si on continue!
    Aujourd’hui, on n’a plus besoin de discours, on a besoin d’action!

  2. Non, ce n’est pas avec de telles mesurettes que les choses peuvent changer.
    Nous devons avoir un comportement de conquérant vis à vis des terroristes.
    Ils doivent qu’un changement radical est en marche et qu’ils doivent désormais avoir vraiment peur de nous.
    Des changements drastiques doivent être opérés. Il est révolu le temps des demi-mesures.
    Il faut des décisions fortes, il faut de l’autorité ! Il faut des réformes inédites et puissantes !

    Il faut agir dès aujourd’hui pour pouvoir aider nos enfants à ne plus avoir peur.
    Ce que nous ferons aujourd’hui, ce sont nos enfants qui en récolteront les fruits !
    Si nous n’agissons par pour nous, agissons pour eux !
    Ne les décevons pas, ne les décevons plus !
    Nous avons déjà laissé passer 10 mois, il est temps de bouger !

    Vive la France et les Patriotes !

Laisser un commentaire